Partagez|

Un fan c'est pire que de la glu [PV: Melody MacKenzie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité

Show us your Kâ
Invité


MessageSujet: Un fan c'est pire que de la glu [PV: Melody MacKenzie] Dim 5 Aoû - 14:28

Quelques rayons de soleils passèrent par la fenêtre. Les rideaux mal fermés n’étaient pas un obstacle pour ses derniers, ainsi la lumière fit son entrée dans la pièce sombre. Chatouillant le visage de notre pharaon encore endormit. Pas un réveil des plus agréables, cette lumière parait bien vive pour quelqu’un encore en train de dormir. Finalement se retournant pour ne pas être aveuglé par cette dernière, le jeune homme clignota des yeux. Pas besoin d’un réveil, n’ayant rien de spécial à faire aujourd’hui. Après s’être étiré, il se leva. Direction la salle de bain pour la toilette du matin et se réveiller correctement. Une fois habillé, il retourna dans sa chambre. C’était toujours étrange, ses cheveux tenaient toujours ainsi en l’air même après une bonne nuit et une douche. Mystère de la nature ? Enfin bref. Prenant son puzzle qui était bêtement posé sur sa table de chevet il le passa autours de son cou. Collier un peu étrange qu’on ne trouve pas dans le commerce. Quoi vous le trouvez un peu volumineux ? Pas lui. D’ailleurs tout le monde pense qu’il s’agit du collier de Yûgi, bien que ce dernier ne l’ai plus en sa possession depuis sa séparation avec Atem. Finalement la préparation du matin se termina par prendre son Deck ainsi que son Disque de Duel. C’était presque une habitude de le porter maintenant, bon nombre de gens le confondant avec Yûgi le mettent aux défis même sans disque de Duel. Autant maintenant y répondre que se faire insulter poursuivre ou autre… Voilà il était prêt.

Les mains dans les poches Atem marchait simplement dans les rues de la ville. S’arrêtant de temps à autre devant une boutique ou encore regardant un Duel de loin. Faire des Duel de Monstre était décidément un phénomène de mode qui s’était incroyablement répandu. Il était maintenant impossible de ne pas connaitre. Qui aurait cru que le jeu des Ombres autrefois si dangereux deviendrait le jeu de carte le plus populaire du Japon et même du monde ? Le pharaon esquissa un sourire en y repensant. Son bien être fût bien vite emporté par un cri, ce dernier provenant d’un peu plus loin derrière lui. Le jeune homme se retourna par curiosité. Ah ben la belle affaire, le cri fût suivit par d’autres, c’était assourdissant et pas du tout agréable à entendre. Une troupe de jeune fille le pointait du doigt en hurlant que c’était Yûgi et se mirent à courir vers lui pour lui demander des photos et des autographes. Et là une personne normale se dirait « Oh putain ! Des groupies en furie ! Retraite ! ». Et c’est plus ou moins ce que notre jeune homme surprit fit. Faisant rapidement volte-face, il se mit à courir pour fuir ces furies. Pas vraiment discret comme course-poursuite. Des filles en train de hurler et un pauvre gars tout seul devant en train de tenter de les semer. C’est que ça courrait vite ces bêtes là quand il s’agit de leur idole ! Hors de question d’avoir affaire à ce genre de fan. C’était un coup à ne plus s’en défaire et laisse tomber pour leur faire comprendre qu’elles avaient en face d’elle la mauvaise personne. Sa ressemblance frappante avec Yûgi était vraiment gênante dans ces moments-là…

Finalement après un bon moment à courir au milieu de la foule qui préférait certainement s’écarter en voyant les furies arriver, le pharaon finit par se planquer une petite ruelle. Profitant de la foule pour ne pas être dans leur champ de vision. Reprenant son souffle il resta dans l’ombre. Visiblement, les jeunes filles se mirent à fouiller un peu partout pour le retrouver. Pire que des pots de colles ! Ne sachant trop comment sortir de là sans se faire voir il attendit. Bon Dieu... il aurait mieux fait de rester chez lui aujourd’hui !
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Show us your Kâ
Invité


MessageSujet: Re: Un fan c'est pire que de la glu [PV: Melody MacKenzie] Ven 24 Aoû - 4:45

Sur Terre ne règne qu'un Roi
feat. Atem

Souvent, on croit à tort que la vie d'une célébrité tient du rêve éveillé. C'était aussi ce que Melody croyait à ses débuts. Après avoir vu l'envers du décor, il ne lui avait pas fallu longtemps pour déchanter. Sa condition n'avait bien sûr pas que ds mauvais côtés. Elle avait la chance de pouvoir vivre de sa passion, et rares étaient ceux à pouvoir s'en vanter. Mieux encore, elle n'avait pas eu à choisir entre la musique et les duels et pratiquait les deux avec la même assiduité qu'au premier jour. Cerise sur le gâteau, on lui passait tous ses caprices. Y compris celui d'intégrer la Duel Academy en milieu d'année sur un coup de tête. Impulsive, elle l'était, et ce depuis son plus jeune âge. Le cours du temps n'avait pas résolu le problème, tout au contraire. De nombreuses personnes avaient pour idéal de s'élever aussi haut qu'elle, mais ce n'était là que le fruit de leur naïveté. Ce n'était pas si simple, et pas un n'en devinait le revers de la médaille.

Le temps libre lui manquait chaque jour un peu plus, mais cela ne l'empêcherait pas de profiter de ses jeunes années tant que c'était encore possible. Pour y parvenir, le mieux à faire était encore de taire son identité. N'être qu'une élève anonyme d'une grande école lui convenait parfaitement. Chaque minute de calme et de repos lui était infiniment précieuse. Au début, elle éprouvait une certaine culpabilité à se faire passer pour ce qu'elle n'était pas. Très vite, elle avait compris que c'était ce qu'elle devrait faire à moins de vouloir être victime de son succès, esclave de sa gloire. La ville ne jouissait d'aucune spécificité propre, à ceci près qu'elle avait été le théâtre d'événements hors du commun par le passé. Un endroit où il faisait bon vivre, mais l'époque où elle était l'arène d'un combat épique était révolue. Sans doute la guitariste n'en aurait-elle pas même retenu le nom si elle n'avait pas été un symbole comme on n'en voit que rarement.

Chaque personne ayant un jour revendiqué le titre de duelliste devait avoir entendu ce nom au moins une fois dans sa vie. Ce n'était pourtant pas la seule raison pour laquelle elle était chère à son coeur. Ses parents s'y étaient rencontrés pour la première fois. Aussi pouvait-on en conclure que si elle n'avait point existé, elle non plus n'aurait pas vu le jour. C'était également à cet endroit qu'elle avait débuté sa nouvelle vie. Ce que « vivre » pouvait bien vouloir dire, c'est ici qu'elle l'avait appris. Et puis, si elle n'avait pas demandé à séjourner dans cette ville, elle n'aurait pas eu de concert à donner dans ce qui était désormais sa « nouvelle maison ». Le hasard n'existe pas : tout n'est que fatalité. C'était du moins ce qu'elle aimait en penser. Ce n'avait été qu'un parfait concours de circonstance, mais elle n'en avait aucun regret. Son quotidien actuel n'aurait pu mieux lui convenir, si ce n'est en lui accordant plus de cette liberté de mouvements qui lui manquait tant.

À peine avait-elle posé le pied à terre qu'elle avait eu une pensée pour Asuka, qui – cette fois encore – n'avait pu l'accompagner. Ce n'est que partie remise, se disait-elle, comme à chaque fois. La vérité était que ce ne serait sans doute possible qu'en période des vacances, ou une fois ses études terminées dans le pire des cas. La perspective d'avoir déjà à quitter l'école qu'elle venait à peine d'intégrer la laissa songeuse tandis qu'elle déambulait dans les rues sans but précis. Peu importe combien elle aimait y venir, il n'y avait à cela pas de raison particulière. Errer dans cet environnement l'aidait à se détendre et, pour les rares fois où il en était question, à oublier ses peines et ses peurs. Il lui semblait ne pouvoir y être mal à l'aise tant l'atmosphère l'aidait à faire abstraction de tout ce qui aurait été susceptible de lui empoisonner l'existence. Une vertu qui dans le cas d'une vedette avait tout d'un trésor inestimable. Malgré tout son optimisme, elle était bien forcée de le reconnaître tant ses bienfaits étaient notables.

Il n'était d'ailleurs pas rare qu'elle vienne une fois de plus visiter les lieux avant un concert important de manière à y aller l'esprit serein. La popularité n'était pas tous les jours facile à vivre. À chaque apparition, ses fidèles se faisaient une joie de la soutenir. Un enthousiasme qui faisait plaisir à voir, du moins tant que ce soutien n'en devenait pas étouffant. Elle n'avait aucune envie d'être reconnue dans la rue et de devoir improviser une séance d'autographes alors qu'elle était venue dans l'unique but de se changer les idées. Et elle savait de source sûre qu'elle n'était pas la première et encore moins la dernière à adopter la tactique de la fausse identité. Le subterfuge ne tenait qu'à une casquette et un style vestimentaire qui différait de ses habitudes, mais il fallait le croire suffisant puisque nul n'avait encore daigné l'interpeller.

Avant d'avoir pu le réaliser, elle s'y était habituée, et n'aurait voulu pour rien au monde qu'on puisse la percer à jour. Précieux lui étaient ses moments de quiétude, et les préserver n'en était que plus essentiel. Aussi ne pouvait-elle que se montrer compatissante quand l'un de ses homologues se retrouvait dans pareille situation. Néanmoins, jusqu'à ce jour, ce n'était jamais arrivé sous ses yeux. Or, précisément ce jour, c'était en train de se produire. Et la malheureuse victime n'était pas n'importe qui, de surcroît. Car à errer sans but dans les rues de Domino City, sa route croisa celle de l'une des plus grandes légendes que ce monde ait connu. Elle ne le reconnut pas tout de suite, évidemment, plus surprise par la densité de la cohorte lancée à sa poursuite que par son excentricité pourtant manifeste. Sans crier gare, l'objet de toutes les convoitises de cette foule en délire s'engouffra dans la sombre ruelle où elle s'était momentanément égarée. Il s'en fallut de peu qu'il ne la percute de plein fouet, et ce n'est que de justesse qu'elle parvint à s'écarter de sa trajectoire. Ce n'est qu'alors que, dans un éclair de lucidité, une exclamation jaillit de ses lèvres.

Yūgi ? C'est toi ?

Animée par un réflexe salvateur, elle le saisit par le poignet et, sans un mot, l'entraîna à sa suite dans une venelle adjacente. Elle n'avait pas pleinement conscience de ce qu'elle faisait, et n'aurait su dire quelle était sa motivation, car elle ne ressentait rien d'autre qu'une profonde volonté de lui venir en aide. À ses débuts, il n'était pas rare que l'étau oppressant des fans la mette mal à l'aise plus souvent qu'à son tour. Venir en aide à qui subissait le même sort était non un désir, mais un devoir – tel était son avis sur la question, tout du moins. Ce manège se prolongea jusqu'à ce qu'ils soient hors de portée de ces poursuivants acharnés, et que leur clameur eut disparu à l'horizon. Il lui fallut plusieurs minutes pour renoncer à cette course folle, à bout de souffle. La guitare pesait lourdement sur son dos, mais pas autant que le soleil de plomb qui brillait haut dans le ciel. Pour n'avoir pu mettre un terme à son évasion avant qu'elle ne vole à son secours, pouvoir enfin s'accorder de répit ne devrait guère déranger la malheureuse victime. Non sans s'échiner à reprendre son souffle, Melody exécuta un gracile volte-face, séquelle des cours de danse qu'on lui infligea étant enfant. Un sourire fendit ses lèvres, teinté d'embarras, mais aussi d'une pointe de curiosité à ne pas négliger.

Tu n'es pas Yūgi, pas vrai ?

L'éclat de la malice illuminait son regard. Il était encore trop tôt pour avoir deviné son secret, mais pas pour s'apercevoir que les personnes ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être. Car en plus de sa perspicacité, Melody avait une chance insolente. Celle d'avoir déjà rencontré le Roi du Jeu. Elle s'avançait encore à pas timides dans le monde de la musique quand elle avait fait sa connaissance, des années auparavant. Jamais elle n'aurait pensé le revoir dans ces circonstances. Des années auparavant, sans que nul ne soit mis dans la confidence, il était venu la voir dans sa loge après le concert. Si éphémère que ce soit, on pouvait dire qu'ils s'étaient liés d'amitié. Si bref qu'ait été cet entretien, elle en gardait un excellent souvenir. Cependant, même aujourd'hui, elle se demandait encore si tout cela était bien réel. Force était de constater quelle aurait difficilement pu trouver meilleure occasion d'en avoir le cœur net. Aussitôt redressée, elle rehaussa sur son épaule la lanière de cuir grâce à laquelle elle portait sa guitare en bandoulière. Elle n'avait pas tant changé depuis cette époque. Peut-être était elle plus féminine, sans compter une poignée de centimètres en plus. Rien qui puisse la rendre méconnaissable aux yeux de qui oserait prétendre la connaître.

Alors... Qui es-tu ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Show us your Kâ
Invité


MessageSujet: Re: Un fan c'est pire que de la glu [PV: Melody MacKenzie] Jeu 30 Aoû - 13:51

Alors voilà ? La journée allait se boucler ainsi ? Le jeune Atem bloqué parce qu’un attroupement de fille en furie avait décidé de graviter autour du Roi des Jeu. Comment faire comprendre aux gens que ce n’était pas lui ? Seules les personnes ayant déjà vu Yûgi de près étaient en mesure de faire la différence. Et encore, il semblerait que certaines personnes ne fassent toujours pas la différence. Il soupira. Heureusement pour notre jeune homme, le destin semblait bien vouloir être clément avec lui pour une fois, mettant sur sa route une aide non négligeable. Alors que ce dernier reprit la fuite à toute jambe, une demoiselle lui attrapa le poignet. Sur le coup qu’avait pensé le jeune homme ? Et bien qu’une fan avait réussi à mettre la main dessus en se cachant parmi la foule. Mais la course continua. Le prince étant entrainé par le mystérieux inconnu. La seule chose qu’il voyait de cette dernière ? Des cheveux blond volant au vent ainsi qu’un.. instrument de musique dans son dos. Sans vraiment trop se poser de question, il la suivit en silence. Le plus important sur le moment était de fuir ces hystériques. Finalement le calme revint. La foule oppressante n’était plus là et plus important, les demoiselles de tout à l’heure semblaient avoir perdu leur trace. Penché en avant, appuyé sur ses genoux, Atem reprit son souffle. On pouvait dire que la journée était bien mouvementée.

C’est alors que sa sauveuse pris la parole. Se tournant enfin vers lui. Dans un premier temps, le jeune homme resta penché, le regard toujours figé sur le sol. Mais les paroles de la jeune fille lui firent bien vite lever la tête. Elle avait affirmé qu’il n’était pas Yûgi. Surprit le jeune homme ne cacha pas son sentiment, s’étant maintenant redressé pour la regarder dans les yeux. Pour sûr, cela ne pouvait que lui faire plaisir qu’enfin quelqu’un ne le prenne pas pour son ami. Finalement, elle lui demanda son identité. Ne répondant pas tout de suite, Atem la regardait de haut en bas. Pourquoi elle lui disait quelque chose ? S’étaient-ils déjà croisés ? Pris dans sa réflexion, le jeune homme semblait avoir un peu de mal à mettre en ordre ses idées pour finalement dire.

- Tu me dis quelque chose. On ne s’est pas déjà croisé ?

C’était peut-être un peu idiot de dire ça. Après tout, il était fort possible qu’il l’ait croisé à l’époque où il partageait le corps de Yûgi. Ainsi.. elle ne l’avait pas vu lui. Finalement, le pharaon déclina son identité, après tout c’était la moindre des politesses. Elle l’avait tiré d’un situation assez gênante, ainsi des remerciements s'imposent.

- Atem. Je m’appelle Atem. Et merci pour toute à l'heure...

En plus de l’origine étrange de son nom. Il était assez peu probable de retrouver quelqu’un dans l’Egypte actuelle avec le même nom. Ce pays à tout de même bien évolué avec les siècles… Toujours aussi pensif, notre jeune homme était toujours en train de se demander où il l’avait vu. Ce physique.. il était persuadé je vous assure ! Sans compter qu’il était quasi-certain qu’elle s’était déjà présentée à lui à ce moment-là. Finalement, pour obtenir plus d’indice à sa réflexion, il se décida à poser une autre question.

- Si tu ne m’as pas confondu avec Yûgi… Tu le connais ?

Ainsi, si elle connaissait Yûgi, il est fort probable qu’il l’ai déjà vu à travers les yeux de ce dernier. Mais comment dire qu’on a croisé quelqu’un parce qu’on partageait le corps d’un autre ? Difficile…
Revenir en haut Aller en bas



Show us your Kâ
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un fan c'est pire que de la glu [PV: Melody MacKenzie] Aujourd'hui à 9:38

Revenir en haut Aller en bas

Un fan c'est pire que de la glu [PV: Melody MacKenzie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alone in Heaven :: Les rues-
Sauter vers: